En cas d'urgence

  •  Appelez le 17 pour une intervention de la police
  • Signalez par sms au 114 ou en ligne
    Ces numéros d’urgence sont gratuits et peuvent être composés à partir d’un téléphone fixe ou portable, même bloqué ou sans crédit.
  • Pour obtenir des informations et être accompagné, appelez le 3919, numéro d’écoute national, destiné aux femmes victimes de violences, à leur entourage et aux professionnels concernés.
    Appel anonyme et gratuit du lundi au dimanche : de 9h00 à 22h00 du lundi au vendredi et de 9h00 à 18h00 samedi, dimanche et jours fériés

Violences sexuelles, conjugales, inceste, viol

Vous ne vous sentez pas en sécurité chez vous ? Vous êtes ou avez été victime de violences sexuelles, conjugales ou intrafamiliales ? La Maison des femmes peut vous aider.

Violences sexuelles, conjugales, Inceste & Viol

En France les femmes victimes de violences le sont, le plus souvent, dans le cadre familial ou conjugal. Quelle que soit la situation, rien ne justifie la violence, qu’elle soit physique ou psychologique.

Si vous vous sentez en danger chez vous, que vous êtes ou avez été victime de violences, ou que vous rencontrez l’une des situations suivantes : vous pouvez être aidée. Contactez La Maison des femmes afin que notre équipe puisse vous aider à trouver des solutions adaptées.

 

Je ne me sens pas en sécurité chez moi. Des personnes de mon entourage me font des choses qui me déplaisent, me font peur, m’humilient.

Parce que les violences peuvent prendre différentes formes, et ne se limitent pas à la violence physique, La Maison des femmes apporte également son aide aux femmes victimes de violences psychologiques.

Si vous ne vous sentez pas en sécurité chez vous, que des personnes de votre entourage vous font ou vous disent des choses qui vous déplaisent, vous font peur ou vous humilient, vous pouvez obtenir de l’aide.

Souvent l’auteur des violences culpabilise la femme victime alors qu’en réalité elle n’y est pour rien. Une femme victime de violences n’est jamais responsable de ce qu’elle subit, c’est l’agresseur qui est le seul responsable de ces actes de violences punissables par la loi. Toutes les personnes ont des qualités et des défauts, mais aucune de ces caractéristiques ne peut être utilisée pour justifier la violence. Quelles que soient les explications et justifications de votre entourage, aucune ne justifie le droit de vous agresser, verbalement ou physiquement.

Si vous êtes une femme victime de violences psychologiques, morales ou physiques, sachez que l’équipe de soignants et de professionnels de La Maison des femmes est disponible pour vous écouter, vous informer et trouver avec vous des solutions pour vous sortir de cette situation.

J’ai été victime de violence par le passé et cela m’empêche d’aller bien aujourd’hui.

Beaucoup de femmes ont été victimes de violences par le passé, et cela impacte leur vie. En effet, les violences peuvent avoir de graves conséquences sur votre santé, sur votre intégrité physique et psychique.

Si c’est votre cas, sachez tout d’abord que les symptômes de mal-être que vous ressentez sont des conséquences normales provoquées par des situations anormales (les violences), avec parfois des troubles psychiques spécifiques comme l’état de stress post-traumatique. Toutefois, ces symptômes et ce mal-être ne sont pas une fatalité et peuvent guérir si vous êtes accompagnées de façon adaptée.

C’est ce que propose La Maison des femmes. Notre équipe est formée pour repérer ces symptômes et des professionnels spécialisés sont présents pour vous accompagner.

Pour plus d’informations sur les conséquences éventuelles des violences, consultez cette brochure.

 

 

Je suis victime de violences conjugales

Si vous avez été violentée, physiquement ou verbalement, par votre conjoint, sachez que de nombreux recours existent pour vous protéger et vous aider.

L’équipe de La Maison des femmes apporte son aide aux femmes victimes de violences conjugales. Nous proposons notamment des permanences à l’association SOS femmes Seine-Saint-Denis, qui fait partie de la Fédération Nationale Solidarité Femmes. Depuis 25 ans, ce réseau regroupe des associations féministes engagées dans la lutte contre les violences faites aux femmes, et notamment les violences exercées au sein du couple et de la famille. SOS Femmes 93 propose des accueils collectifs sans rendez-vous aux femmes victimes de violences conjugales. Elle offre une écoute, un soutien et des informations permettant un accompagnement respectueux du rythme et des possibilités de la femme pour faire évoluer sa situation.

Pour plus d’informations sur les violences conjugales, consultez cette page du gouvernement.

J’ai été victime de violences et je pense à porter plainte.

Si vous êtes ou avez été victime de violences conjugales, intrafamiliales, qu’elles soient de nature physiques, psychologiques ou sexuelles, vous avez le droit de porter plainte.

Un juge peut prononcer des mesures de protection et/ou engager des poursuites judiciaires contre l’auteur des violences, uniquement si un signalement a été fait. Il peut être effectué soit auprès de la police ou de la gendarmerie, soit auprès du procureur de la République. Pour déposer plainte, l’obtention préalable par la victime d’un certificat médical de constatation auprès d’un médecin généraliste ou d’un hôpital n’est pas obligatoire.

Le certificat est un des éléments de preuve utile des violences subies dans le cadre d’une procédure judiciaire, même si la victime dépose plainte plusieurs mois après. Un examen médical pourra être ordonné par les services de police ou de gendarmerie dans le cadre de l’enquête.

Si vous ne souhaitez pas déposer plainte, vous pouvez tout de même signaler les faits aux policiers ou aux gendarmes. La déclaration sera consignée dans une main courante (police) ou un procès-verbal de renseignement judiciaire (gendarmerie). Cette déclaration constitue une trace écrite qui pourra être utilisée ultérieurement dans une plainte ou une procédure devant le juge aux affaires familiales.

Un récépissé de la plainte ou de la main courante doit être remis à la victime ainsi qu’à sa demande une copie intégrale de sa déclaration.

Si vous souhaitez porter plainte ou signaler les violences dont vous avez été victime aux autorités, sachez que La Maison des femmes peut vous accompagner dans ces démarches. Notre équipe est constituée de professionnels de la santé mais aussi d’acteurs du monde de la police, de la justice et du droit qui sauront vous aider.

Quand j’étais enfant, une ou plusieurs personnes ont eu des gestes sur mon corps qui m’ont fait du mal.

Les violences subies durant l’enfance peuvent être très traumatisantes. Parfois les victimes oublient même que cela leur est arrivé, afin de s’en protéger. Mais les cicatrices émotionnelles sont bien présentes, même si elles paraissent déroutantes en raison de leur manque de signification apparente. Les problèmes continuels dans les relations, la sexualité, la confiance, le contact physique, les dépendances, la dépression et la culpabilité peuvent, quand leur cause est inconnue, donner le sentiment de devenir fou et de perdre le contrôle de soi-même.

L’aide d’une personne qualifiée peut vous permettre de comprendre les raisons des difficultés que vous éprouvez. Il existe des moyens pour progressivement faire diminuer la douleur insoutenable que ces violences provoquent. Vous pouvez trouver ce soutien adapté au sein de l’équipe de professionnels de La Maison des femmes.

Si vous avez vécu des violences sexuelles de la part d’un proche étant enfant, consultez cette brochure pour découvrir l’aide offerte par Maison des femmes, ou visitez cette page pour plus d’informations d’ordre générique.

 

J’ai été victime de violences sexuelles, par une personne de mon entourage ou un inconnu.

Au cours de sa vie, 1 femme sur 26 est violée et 1 sur 7 est agressée sexuellement1]. Les filles et les jeunes femmes sont particulièrement exposées, et beaucoup seront victimes de violences sexuelles dans le cadre familial ou de l’entourage proche. Ces actes peuvent causer d’importants problèmes psychologiques et impacter le rapport des victimes à leur corps. Mais la souffrance n’est pas une fatalité.

Si vous avez été victime de ces violences, de viol ou d’agressions sexuelles, ou qu’une personne vous a touché de manière déplacée, La Maison des femmes peut vous aider à vous reconstruire et vous réapproprier votre corps.

Nous proposons également un accompagnement juridique pour les femmes qui souhaitent porter plainte ou engager un recours contre leur agresseur.

1 https://www.egalite-femmes-hommes.gouv.fr/publications/droits-des-femmes/lutte-contre-les-violences/premiers-resultats-de-lenquete-virage-violences-et-rapports-de-genre/

Partager